Contenus sponsorisés 

Tempête catastrophe en Gironde : un exercice pour s’y préparer

De nombreux services de l’Etat se sont réunis fin septembre pour se préparer au pire : l’arrivée d’une forte tempête, semblable au monstre « Klaus ».

© BRGM

Des rafales à 170 km/h, une montée des eaux de plus de 5 mètres. C’est au pire que se sont confrontés de nombreux services de l’Etat fin septembre. L’idée, prévenir le risque naturel sur le bassin d’Arcachon en testant le déploiement « du plan ORSEC ».

C’est quoi le plan ORSEC ?

« Le dispositif ORSEC est un plan d'urgence polyvalent français de gestion de crise. Il organise sous l'autorité du préfet, la mobilisation, la mise en œuvre et la coordination des actions de toute personne publique et privée concourant à la protection générale des populations. »

Nommé « SAFFIR », le scénario simulait une forte tempête hivernale sur les bases de la forte dépression « Klaus ». Une tempête monstre qui a touché le Sud-Ouest de la France, notamment les Landes en 2009. Au total, 12 personnes auront perdu la vie, de graves dégâts matériels sont rapportés. Certaines forêts sont totalement dévastées. La plus forte rafale de vent avait été, à l’époque, enregistrée à Biscarrosse (Landes) avec 172 km/h.


Un exercice nécessaire d’après les autorités Le BRGM (Service Géologique National) a activement participé à l’exercice. Il explique que l’objectif était de tester « la réponse de sécurité civile (Orsec) en cas d’événement de cette nature et de vérifier la procédure d’alerte, l’articulation entre les différents acteurs et la gestion de crise au niveau communal ». Les services de l’Etat ont procédé durant cet exercice à « des mises en situation », comme des simulations d’évacuations de la population, des fermetures de route. De son côté, le sous-préfet d’Arcachon a souhaité passer un message à la population. « L’exercice n’a pas été imaginé juste pour se faire plaisir », a-t-il indiqué au micro de France Bleu, souhaitant rappeler que ce risque de phénomène météo est réel dans la région. « Cet exercice va nous permettre d’améliorer notre capacité de réaction », a précisé le représentant de l’Etat. La France est entrée depuis quelques semaines dans la saison des tempêtes.

  • Facebook
  • Twitter